ILE DE NANTES 4

Programme
84 logements , 10 ateliers d’artistes, 3 locaux d’activités
Certification
RT 2012 label Effigenie
Situation
Parc des Chantiers île de Nantes
Urbaniste
uapS Marcel Smets et Anne-Mie Depuydt
Maître d'ouvrage
Nantes Métropole Habitat
Surface
6910 m2
Coût
9 530 898,00€ HT VRD compris
Concours
2014
Chantier
en cours
Paysagiste
Atelier Horizons
Ingénieurs
SERBA, TUAL, ITAC, Denis Rousseau
Entreprise générale
ANDRE BTP

La Loire, l’estuaire, le Quai de la Fosse, la grue Titan... tout ici est «puissant» . La nature, la lumière, la ville et l’histoire sont impressionnantes.
Le béton, massif, brut, minéral, lumineux, s’est imposé dans cet environnement urbain tant historique qu’émergeant. Matériau unique de toutes les façades sur rue, le béton donne son aspect unitaire à l’îlot. Porteur, coulé en place, seul le béton peut aujourd’hui donner cette épaisseur aux murs, à l’instar de la pierre de taille des immeubles nantais du XVIII siècle d’en face sur le quai de la Fosse.
Le verre, également en écho à ces immeubles, est l’autre matériau du projet contrastant avec le béton sablé. Transparent ou martelé, il permet de capter la vue et la luminosité saisissante des bords de Loire.
La façade nord, à elle-seule, est un projet dans le projet. Cette paroi est d’abord pensée depuis l’intérieur des logements. Sa vocation est de «faire rentrer» le spectacle de la ville chez soi au travers des fenêtres et des loggias, pensées comme des tableaux sur la ville.
Le projet pour l’essentiel est conforme à la volumétrie fixée par l’urbaniste de l’île. Mais l’enchainement des volumes est renforcé pour conforter l’unité à l’îlot autour de sa cour intérieure.
Par son statut et son ambiance , cette cour se différencie de l’espace public. Il lui fallait son revêtement propre, contrasté. Le bois noirci, tout aussi brut que le béton, uniformise la cour, renforçant sont intériorité. C’est le matériau des hangars, des ateliers, des bâtiments secondaires, des constructions sur cour. Noirci, il évoque les constructions ligériennes, les pêcheries de l’estuaire... L’histoire du lieu , la présence obsédante de la grue Titan, la proximité du hangar à Bananes et de l’estuaire, tout autant que la présence à venir des artistes dans les ateliers créés ont imposé l’idée d’une cour d’«entrepôt», d’un «bric à brac».
Le projet paysager confirme cette ambiance : la cour, à travers son aménagement, veut relater une facette de l’histoire Nantaise, son passé portuaire, ses explorateurs revenant de leurs expéditions, les soutes chargées de plantes nouvelles et exotiques. Cette installation composée de jarres et de poteries plantées de différentes essences semble ordonnée de manière aléatoire sur un sol en béton et pavés, à l’image des quais voisins. Une collection de plantes rassemblées là à l’issue d’un voyage imaginaire à travers le monde et comme en transit, qui pourront plus tard, se naturaliser dans les parcs voisins.